Skip to main content

Les débuts du Canton de Bolton : en célébration du 215e anniversaire de sa fondation

Version imprimableVersion imprimable

--August 21, 2012.

larger_bolton.1_0.jpgConférence publique à l’église Holy Trinity de South Bolton
par Maurice Langlois et Serge Wagner

Présenté par l’Association pour la préservation du patrimoine bâti de Bolton-Est

Le 19 août 2012, la petite église Holy Trinity de Bolton-Sur était pleine… non pas de fidèles venus pour prier, mais de citoyens intéressés par les débuts du canton de Bolton. Le Canton fut créé en 1797, il y a 215 ans. Le rassemblement à Bolton-Sud a permis de mieux connaître les débuts du Canton ainsi que les débuts de l’église Holy Trinity.

Bolton : le plus grand des Cantons de l’Est… progressivement démembré :

Le Canton de Bolton fut l’un des premiers cantons créés à la suite de l’Acte constitutionnel de 1791. Le Dr Maurice Langlois, qui a mené plusieurs recherches sur l’histoire de Magog et de la région, a fait part de ses dernières recherches sur les débuts et les transformations du Canton de Bolton.

Le Canton fut l’un des premiers cantons créés par la Couronne britannique. En août 1797, un décret royal (nommé « Lettres patentes ») confiait à Nicholas Austin et à ses 53 associés le Canton de Bolton. Austin, un quaker, avait à sa charge l’arpentage, la construction de routes et ponts et l’établissement de moulins. Malheureusement, en raison, entre autres, de spéculations et de titres fonciers mal établis, Nicholas Austin mourra dans l’indigence en 1821 alors qu’il était arrivé avec des moyens financiers considérables.

Entre-temps, les cantons demeuraient sans autorités locales. Aussi, après la Rébellion de 1837 et la création de la Province du Canada, par l’Acte d’Union de 1840, apparaissent les premières structures municipales. En 1845, la municipalité du Canton de Bolton est créée. Maurice Langlois a découvert que le premier maire ne fut pas John McMannis, comme on le croyait, mais bien le beau-frère de ce dernier, William Greene. Les deux premiers maires sont enterrés au cimetière Holy Trinity de Bolton Sud.

Toutefois, le territoire de Bolton-Est diminuera considérablement, à la suite de cinq démembrements entre les années 1849 et 1939. Les partitions successives feront perdre plus de 75 % du territoire et tout accès au lac Memphrémagog, ce qui entraînera des pertes de revenus considérables. Voici les nouvelles entités qui ont été détachées de la municipalité du Canton :

• 1849 : Canton de Magog ;
• 1876 : Bolton-Ouest – obligeant la partie résiduelle à prendre le nom de Bolton-Est ;
• 1888 : Eastman ;
• 1938 : Austin – dont on détache, en 1939, la municipalité de Saint-Benoît-du-Lac ;
• 1939 : Saint-Étienne-de-Bolton.

Maintenant enclavée, la municipalité de Bolton-Est demeure l’héritière du Canton initial et de la première municipalité. Au demeurant, ajoute le conférencier, la municipalité est la dépositaire des riches archives remontant à la première moitié du XIXe siècle.

Les débuts houleux de Holy Trinity dans le Canton de Bolton:

Les premiers colons états-uniens provenant principalement de la Nouvelle-Angleterre adhéraient principalement aux dénominations évangéliques protestantes : Baptistes, Méthodistes... Ces Églises étaient centrées sur la Bible et la piété personnelle alors que la Church of England privilégiait plutôt les sacrements et la hiérarchie. En fait, les conflits des deux courants pendant la Révolution américaine (1775-1783) se transportèrent dans le Cantons de Bolton. C’est ce que relata Serge Wagner, le deuxième conférencier.

Pendant la Guerre d’Indépendance, l’Église anglicane connut une période difficile alors que le Roi d’Angleterre en était le Chef. Aussi, en 1789, elle prit le nom d’Église épiscopale des États-Unis (The Episcopal Church USA) pour montrer son autonomie par rapport à l’Angleterre.

Comme une majorité des colons états-uniens de la rive ouest du lac Memphrémagog adhéraient au mouvement évangélique, l’Église d’Angleterre fit des Cantons de l’Est une terre missionnaire, soutenue par les sociétés missionnaires britanniques. Aussi, on envoya ici le Révérend John Godden, de natif de Terre-Neuve, à titre de missionnaire itinérant. Il s’établit d’abord à Mansonville, mais voulut établir d’autres églises dans le Canton de Bolton.

Aussi, en 1860, on érigea l’église Trinity de Bolton-Sud dont l’érection suscita de vives oppositions au sein de la population. Des actes de violence eurent lieu après la consécration du bâtiment par l’évêque Fulford et des dignitaires de l’Église. Les vêtements liturgiques scandalisèrent la population locale. Les membres des autres dénominations s’assemblèrent autour de l’église lançant des invectives; puis la sacristie fut vandalisée, et les surplis et étoles, dérobés.

Le conflit porta aussi sur les cimetières. L’église d’Angleterre préconisait l’établissement de cimetières consacrés (churchyards), attenant à l’église et soumis au Droit canon. Or, comme il y avait déjà un cimetière commun à Bolton Sud, l’établissement d’un cimetière anglican distinct donna lieu à un conflit au sein de la collectivité et des familles.

En 1864, une seconde église anglicane fut élevée à Peasley Corner, East Bolton (aujourd’hui Austin). L’église reprit le style néo-gothique de l’église Trinity. Dans ce hameau toutefois, il n’y eut aucun cimetière anglican distinct. Le cimetière communautaire, East Bolton Cemetery, continua à accueillir l’ensemble de la communauté anglo-protestante.

Trois conférences à venir :

À la suite de cette première conférence, l’Association pour la préservation du patrimoine bâti de Bolton-Est présente trois autres conférences sur l’histoire du Canton de Bolton. Les trois conférences ont lieu les dimanches après-midi à 13h 30 :
• 30 septembre : Ce que les cimetières nous apprennent (Maurice Langlois et Serge Wagner)
• 14 octobre : Les pionniers du canton de Bolton (Jim Manson)
• 28 octobre : Les premiers moulins de Bolton (Daniel Chevrier et Hélène Buteau, archéologues)
Ces activités ont lieu dans le cadre du 215e anniversaire de la fondation du Canton de Bolton et elles sont soutenues par la municipalité de Bolton-Est.
Les conférences et échanges ont lieu en français et en anglais.
Église Holy Trinity, 903 Route Bolton Pass (Route 243) (South-Bolton).

Informations : (819) 843-9595

Note : La recherche du Dr Langlois a été publiée par la municipalité de Bolton-Est : Canton de Bolton, ses origines et les démembrements (1797-1939). À l’occasion du 215e anniversaire du Canton de Bolton.