Skip to main content

Circuit patrimonial : Compton Sud

Version imprimableVersion imprimable
Auteur: 
Dwane Wilkin

trails_010.jpg

Les cours d’eau se séparent de part et d’autre de ces collines de la frontière Québec-Nouvelle Angleterre. Certains coulent vers le nord en direction du St-Laurent, et d’autres joignent la Rivière Connecticut pour aboutir dans la mer. Les hautes terres entre les deux marquent l’emplacement d’un portail pionnier parmi les plus anciens dans les Cantons de l’Est.

Ce circuit patrimonial nous emmène visiter des colonies de peuplement au pied des collines des Appalaches drainées par les rivières Coaticook, Eaton, Moe et Salmon (Ascot). Bien avant l’arrivée des Européens, ces rivières fournissaient le poisson, les fourrures et la viande des Amérindiens. Elles servirent autant aux colons qu’aux Indiens en tant que chemin de troc et de guerre. Leur histoire lie le Québec et la Nouvelle Angleterre dans un héritage commun.

Pendant que les colonies Françaises et Britanniques se rivalisaient pour obtenir le contrôle du Nord de l’Amérique dans les 17e et 18e siècles, les détachements du côté Français empruntaient ces sentiers pour attaquer les colonies Anglaises. Ces Anglais de la Nouvelle-Angleterre se vengeaient en contre-attaquant le Canada.

compton_map.jpgAvec la chute de la Nouvelle France en 1759, les colons anglais se dispersèrent plus au nord le long de la rivière Connecticut. Après la Révolution Américaine, ces routes transportèrent des centaines de Loyalistes de l’autre côté de la frontière.

Au début, les autorités Britanniques n’avaient pas confiance en ces nouveaux venus et cherchèrent à les repousser. Toutefois, quelques familles pionnières éparpillées habitaient déjà la région lorsque les premiers droits d’arpentage furent émis en 1792. En 1803, déjà un certain nombre d’Américains avaient pris possession de terres dans le canton d’Ascot.

En 1854, 60 000 colons anglophones habitaient les Cantons de l’Est, dont la moitié étaient des Américains. Ils furent éventuellement rejoints par des Canadiens Français qui eux aussi cherchaient à vivre dans les forêts, champs et villes meunières bourgeonnantes du Comté de Compton.

Comment s’y rendre

Débutez votre exploration à Huntingville, près de Lennoxville, la ville la plus anglophone de la région. Depuis Lennoxville, parcourez 2 km vers le sud sur la Rte 143, puis à l’est sur la Rte 147.

Huntingville

southcompton_huntingville_mf_sm.jpgL’histoire de ce village commence en 1814-1815 lorsque William Hunting du Massachusetts bâti un barrage en pierres des champs sur la Rivière Salmon pour fournir l’énergie à ses moulins de blé et de scie. L’ancien barrage fut détruit par une innondation en 1942. Aujourd’hui, un barrage plus moderne en béton construit en 1944 fournit de l’énergie hydro-électrique. L’héritage de la Nouvelle Angleterre en ce hameau est remarquablement préservée par ces maisons anciennes et l’Église Universaliste tout près. Bâtie en 1844 sur des terres cédées à la congrégation par la famille Hunting, l’église restaurée est un bon exemple des maisons de rencontre de style début Nouvelle Angleterre. On croit qu’il s’agit de l’Église Universaliste la plus ancienne au Canada.

Milby

Fondée au début des années 1790 par les frères Cornelius et Abraham Hyatt Jr., ce hameau à la jonction des rivières Salmon et Moe devint un centre fermier très actif le long d’une route majeure de troc et de colonisation. Les Hyatts étaient des loyalistes de l’état de New York qui servirent dans la Loyal Rangers Corp. sous le Général Britannique Johnny Burgoyne.

southcompton_milbyschoolopening_2_mf.jpgJadis appelé Hyatt’s settlement (la colonie des Hyatt), puis Wilson’s Mills (les Moulins de Wilson), la communauté possède trois sites historiques, dont une petite école d’une pièce qui a été chaleureusement restaurée par les descendants locaux des loyalistes des Cantons. Les intéressés la trouveront sur la rue McVety, à partir de la Rte 147, en face de l’Église Anglicaine St-Barnabas (1874).

Le pont couvert de Milby, construit en 1873 par Robert et John Hood, est un site historique provincial.

Des tours guidés de la petite école Hyatt sont offerts du mercredi au dimanche durant l’été, de 13h à 19h ou par rendez-vous avec le Patrimoine-Ascot-Heritage. Tél. : (819) 346-6746. Petite école Hyatt (819) 837-1288.

Village de Compton

southcompton_store_mf_sm.jpgOn trouve dans la vallée de la Rivière Coaticook les terres les plus fertiles des Cantons de l’Est, où les villages ont prospérés grâce à l’agriculture. Les éleveurs de bétail de la région furent reconnus internationallement dans le 19e siècle et à ce jour, les troupeaux laitiers de Compton comptent parmi les meilleurs au pays.

Louis S. St-Laurent, le 12e premier ministre du Canada (1948-1957), est né et fut élevé dans ce village. Le magasin général de son père et la maison familiale avoisinante sont préservés en tant que Site Historique National et musée. La Compton Ladies School, jadis connue sous le nom de King’s Hall, est une autre attraction touristique, située sur la rue Cochrane près de l’Église St-James. Bâtie en 1874 pour l’éducation des jeunes filles Anglicanes anglophones, ce pensionnat opéra pendant près d’un siècle, jusqu’en 1972. C’est aujourd’hui un hôtel.

Une courte visite complémentaire sur la rue Moe’s River vous emmène au site de colonisation de la Rivière Moe où se trouve un des rares moulin à scie qui fonctionne à l’eau. De cet endroit, la rue Ives Hill grimpe la colline et passe un cimetière et une école pionnière, offrant des vues époustouflantes de Martinville, une ville campagnarde circulaire nommée ainsi pour les colons qui s’y installèrent.

Site Historique National et Musée Louis S. St-Laurent
6790 route Louis S. St-Laurent
Tél. : (800) 463-6769 / 835-5448
Site Web: www.parkscanada.gc.ca

Coaticook

Cette petite ville textile est nommée d’après la phrase Abenaki Koatekwok, signifiant « à la rivière des Pins ». Cette rivière a toujours été considérée la raison d’être de la communauté.

De nos jours, la ville opère un parc près de la gorge, où se trouve la plus longue passerelle pédestre suspendue au monde. On y trouve un centre touristique où les gens peuvent se procurer un guide de 13 sites historiques locaux, appelé Circuit Patrimonial.

southcompton_gorge_mf_sm.jpgLes fondateurs de la ville, les Baldwins, opérèrent des moulins à scie à Coaticook en 1830. Lewis Sleeper construisit plus tard une usine d’épingles à linge près de la gorge. Son frère, Wright Sleeper, produisait de la machinerie de ferme et son neveu Frank devint un inventeur célèbre en Nouvelle Angleterre.

Dans les années 1870 et 1880, des industriels locaux bâtirent des moulins à laine et à coton modernes, employant ainsi des centaines de travailleurs Français et Anglais. La Coaticook Knitting Co. se spécialisait dans la production massive de sous-vêtements et fut plus tard la propriété de Penman, une importante firme de vêtements. L’imposante usine Belding-Corticelli sur la Rte 147 était appelé à l’origine la Cascade Narrow Fabric Co., une division de Coaticook Cotton Co. fondée par John Thornton.

Aujourd’hui, Coaticook est une ville où on parle surtout français. Cependant, les maisons et les rues de la vieille ville racontent toujours l’héritage de la Nouvelle Angleterre. Le Musée Beaulne, abrité dans un château Victorien de 30 pièces connu sous le nom de Château Norton, était jadis la maison de l’inventeur Arthur Osmond Norton.

Musée Beaulne : 96 Rue Union
Tél. : (819) 849-6560

Belvédère de la Montagne Hereford

La route 141 au sud de Coaticook trace un sentier que les colons appelaient ‘’the Old Snag Road’’ (la vielle rue d’inconvénients). Recherchez la fermette remodelée près de l’intersection de St-Herménegilde: dans les années 1830 ce fut la propriété d’un faussaire célèbre nommé Frizzle.

hereford.1.jpgAu village de St-Herménegilde, les voyageurs peuvent se rendre au sommet de la Montagne Hereford pour une vue panoramique de la campagne Appalachienne qui l’entoure. La terre pour le belvédère fut donnée en 1998 par Neil Tillotson, un manufacturier de caoutchouc millionnaire qui naquit en le village d’East Hereford et vécut au-delà de 100 ans.

East Hereford-Hall Stream

East Hereford se développa autour d’une scierie construite en 1818 par Joseph Weston. De plus anciennes colonies existaient à quelques kilomètres au sud d’ici, le long d’une branche de la Rivière Connecticut appelée Hall Stream. À présent, cette petite rivière marque la frontière Québec / New-Hampshire.

Après la Révolution Américaine, plusieurs anglais vinrent au Bas Canada par le chemin Hall Stream, dont une portion est aujourd’hui tracée par la route 253. Deux cimetières pionniers s'étendent sur la route 253 entre East Hereford et les Douanes des États-Unis.

Un élément bizarre de l’histoire du Québec se déroula ici durant un conflit de frontière interminable. Le traité de Versailles (1783) qui mit fin à la Révolution Américaine accordait au Canada toutes les terres qui se drainaient vers le nord et donnait aux Etats-Unis les terrains qui se drainaient vers le sud via la rivière Connecticut. Les deux pays ne se sont pas entendus sur la ligne de démarcation. Le New Hampshire dessina sa frontière le long du Hall Stream tandis que le Canada croyait que la frontière devait longée la rivière Connecticut.

Les troubles commencèrent après la Guerre de 1812-14 lorsque des colons s’installèrent dans la région prétendant des réclamations rivales. En 1832, alors que le Canada et les États-Unis étaient en conflit à propos de la frontière, 120 colons entre les colonies de Hall Stream et Indian Stream, débutèrent leur propre pays, appelé la République de Indian Stream. Trois années plus tard, ils se joignirent au New Hampshire. Finallement en 1842, la région est reconnue par traité comme étant territoire des États-Unis.

Sawyerville

southcompton_sawyerville_church_mf_sm.jpgLa forêt qui devinre Sawyerville furent défrichée par un natif du Massachusetts, Josiah Sawyer en 1793. Un monument en sa mémoire peut être aperçu au croisement des rues principales dans le village. Sawyer trancha un sentier vers le futur emplacement de son moulin à partir de la baie Missisquoi du Lac Champlain. En 1794 il installa sa famille sur les rives de la rivière Eaton où il fut joint par des immigrants de Leamington, au Vermont.

Les moulins furent la force de Sawyerville pour tout un siècle. Peu après les années de colonisation, plusieurs familles du comté d’Argenteuil dans les Laurentides, vinrent construirent des fermes dans la campagne environnante. D’autres familles venaient des cantons d’Inverness, Leeds et d’Irlande dans le comté de Mégantic.

Eaton Corner

southcompton_eatoncorner_museum_mf_sm.jpgCette halte à la jonction des rues historiques Hereford (Rte 253) et Old Barley (Rte 210) fut jadis un village bourdonnant d’activité durant l’ère coloniale précédant l’arrivée du chemin de fer. Plusieurs bâtiments de style Nouvelle Angleterre survivent toujours de cette période, dont deux sites historiques provinciaux. La Eaton Corner Academy fut fondée en 1824 pour offrir une formation aux enseignants ruraux. Le bâtiment actuel date de 1864 et abrite l’Hôtel de Ville.

L’Église Congrégationaliste de l’autre côté de la rue date de 1841 et est désormais le Musée Historique du comté de Compton.

Cinq sites historiques du village sont marqués de plaques, dont la Maison William Stone, où fut performée la première opération médicale impliquant une anesthésie au Canada (1847).

Clôturez votre visite avec un arrêt au belvédère érigé sur la Rte 210 avant de retourner à Lennoxville par la Rte 108.

Musée Historique du comté de Compton : (819) 875-5776

Ce guide est présenté par le Réseau du Patrimoine Anglophone du Québec grâce à l’aide financière fournit conjointement par le Département de l’héritage Canadien et Développement Économique du Canada. La contrainte d’espace ne permet pas la mention de tous les sites existants. Remerciements à la Société Historique du comté de Compton, Patrimoine-Ascot-Heritage et à Ron Owen de East Hereford. Pour de plus amples informations vous pourrez nous rejoindre au (819) 564-9595 ou sans frais au 1-877-964-0409 ou encore visiter notre site web au www.qahn.org.

logo-caneconomic.giflogo-canheritage.gif