Skip to main content

Moulins à laine

Version imprimableVersion imprimable

medium_ulverton2.jpgLe mouton était l'un des animaux essentiels aux premiers colons, car sa toison pouvait servir à produire de la laine. À chaque printemps, on tondait les moutons dans les fermes. On lavait la laine pour la débarrasser de sa graisse naturelle et des saletés; on la peignait et finalement la cardait. Le cardage servait à démêler les fibres. Des palettes de bois d'environ 13 cm (5 po) sur 18 cm (7 po), hérissées de rangées de dents métalliques et munies de poignées servaient de cardes manuelles. Une touffe de laine placée entre deux cardes était raclée dans un mouvement de va-et-vient jusqu'à ce que les fibres soient parallèles pour permettre le filage. Cette tâche fastidieuse prenait beaucoup de temps; on la laissait souvent aux enfants jusqu'à ce qu'on puisse la confier à un moulin à carder où l'opération était effectuée bien plus rapidement et facilement. On obtenait une belle toison propre et démêlée qu'on transformait en corde de laine torsadée appelée "brin" à l'aide d'un rouet ou d'un petit fileur à main. La fermière pouvait laisser sa couleur naturelle à la laine ou la teindre avec des colorants naturels provenant de plantes ou de petits fruits. On pouvait ensuite utiliser la laine pour la tricoter ou la tisser au métier.

Certains secteurs des Cantons-de-l'Est, par exemple Inverness, furent d'abord peuplés grâce à une vague d'immigrants écossais. Plusieurs de ces nouveaux arrivants était des éleveurs de moutons et apportèrent avec eux leur savoir-faire.

Avec l'augmentation du nombre des moutons, le procédé de traitement de la laine devint trop long. On construisit donc des moulins à carder pour traiter de grandes quantités de laine. Les colons pouvaient amener les toisons de leurs moutons pour les faire traiter, carder et enrouler en faisceaux pour les utiliser sur le rouet ou le métier. Ces moulins étaient les précurseurs des industries textile et lainière.

Ralph Merry établit l'un des premiers moulins à carder à Magog vers 1818. De 1840 à 1860, plusieurs filatures de laine cardée furent fondées dans les Cantons-de-l'Est et produisaient des articles comme des couvertures et des tissus au mètre. La plus grande filature de laine dans tout le Canada, la "Paton Manufacturing Company", s'était établie à Sherbrooke. Aujourd'hui, l'un des derniers survivants, le moulin à laine d'Ulverton, construit vers 1850 près d'Ulverton, est devenu un centre d'interprétation. Ce moulin contient toute la machinerie et la turbine qui fonctionnent encore.