Skip to main content

Lily Esther Butters (1894-1980) et tous ses enfants source de joie

Version imprimableVersion imprimable

larger_lilybutters.jpgIl n'y a pas si longtemps, les autorités médicales déclaraient qu'un enfant naturel ou handicapé faisait face à un avenir peu prometteur, celui de la folie qui le frapperait tôt ou tard. Quant à leurs parents, également jugés anormaux, ils se voyaient rejetés par la société et bien peu de choix se présentaient : l'abandon furtif et honteux ou le placement du poupon dans une institution.

Dans les Cantons de l'Est, un hôpital privé destiné à cette clientèle particulière ouvrira ses portes à Austin dans les années 1940 : le Cecil Butters Memorial Hospital ou Centre Butters. Sa fondatrice vient de faire l'objet d'une monographie par Françoise Hamel-Beaudoin, intitulée Lily Esther Butters née pour aimer. Cet ouvrage remplit un vide dans l'histoire régionale et rend dignement hommage à celle qui affirmait que "tous les enfants sont source de joie; même les plus handicapés que nous avons ici [au Centre] nous donnent du bonheur", qui a mis sur pied un lieu d'accueil où tous, enfants comme employés, faisaient partie de la famille élargie de Lily Butters et, à ce titre, méritaient respect, considération et amour.

Le Centre Butters, ouvert en 1947, se développera rapidement et connaîtra un essor remarquable et remarqué, passant de six patients la première année à quatre cent trente-cinq en 1972, année marquant la prise de possession de l'hôpital par le gouvernement. Suite au mouvement de désinstitutionnalisation, l'établissement fermera ses portes en 1990. Mais nombreux gardent en mémoire le souvenir de Lily Butters, qui, en 1929, accompagnée de son mari et de ses enfants, quittera son Angleterre natale pour venir s'installer à Austin et réaliser le rêve d'une vie. Le fruit de son dévouement constant vaudra la médaille de l'Ordre du Canada en 1972 à celle qu'aucune critique - celles-ci ne manqueront pas - n'arrêtera dans son élan.

Lily Esther Butters née pour aimer trace non seulement le portrait d'une femme unique mais également celui d'une époque et de son quotidien. La Dépression et ses conséquences au niveau mondial découlent sur un mouvement migratoire qui permet à l'auteure de décrire le voyage par navire d'une famille britannique. L'on ne manque pas de revivre la visite royale de 1939. La Deuxième Guerre mondiale marquera le Nouveau Monde : l'engagement des hommes, des femmes, le rôle actif de ces dernières dans les usines de munitions ou les hôpitaux occupent plusieurs pages. Enfin, l'attrait exercé par la magnifique région du lac Memphrémagog explique pourquoi les nouveaux immigrants plantèrent et continuent à planter des racines solides dans les Cantons de l'Est.

La monographie de Françoise Hamel-Beaudoin est généreusement illustrée de photographies en noir et blanc et de reproductions de documents archivistiques, matériel iconographique et imprimé venant étayer les nombreux témoignages recueillis. Des remerciements et une bibliographie viennent clore l'ouvrage.

Lily Esther Butters née pour aimer est disponible en français.

Référence complète : Françoise Hamel-Beaudoin. Lily Esther Butters née pour aimer. Austin, Éditions Janson, 2002. Couverture souple, 264 pages, ill. en noir et blanc. Prix : 21,95 $.