Skip to main content

Les "Home Children"

Version imprimableVersion imprimable

medium_home.children.nb_.jpg"Entre 1869 et 1948, plus de 100 000 enfants sont venus de Grande-Bretagne pour travailler sur des fermes situées dans des régions rurales en plein essor partout au Canada. Administré par des groupes reconnus par le gouvernement britannique, le programme était le fruit de bonnes intentions dont la promesse d'une vie meilleure, mais ses résultats furent souvent tragiques…

En période de crise économique [en Grande-Bretagne], de nombreux parents confient leurs enfants aux soins de sociétés de bienfaisance en attendant que leurs conditions s'améliorent. Malheureusement, ces sociétés considèrent l'émigration des enfants comme une solution à la pauvreté et au surpeuplement des villes britanniques. C'est ainsi que les enfants sont souvent envoyés à l'étranger sans le consentement de leurs parents et que bien des parents n'ont jamais su que leurs enfants avaient émigré. D'autres n'en ont été informés par écrit qu'après le départ du bateau qui emportait leurs enfants.

medium_home.children.giibbs.home__0.jpgAu cours de ces années, il y a un manque de main-d'oeuvre agricole au Canada… Dans les jours ou les semaines qui suivent leur arrivée au Canada, les enfants sont placés sur des fermes où ils doivent travailler en échange du vivre et du couvert… Nous savons très bien aujourd'hui que bon nombre de ces enfants ont été maltraités, négligés et surchargés. Bon nombre d'enfants des hospices toujours vivants portent encore des traces affectives de l'émigration forcée et de la séparation de leur famille qu'ils ont connues en bas âge.

La plupart des enfants ne sont jamais retournés chez eux, auprès des leurs… Aujourd'hui, plus de quatre millions de personnes descendent directement des 100 000 enfants des hospices qui ont débarqué sur les rives de notre pays."

Centre canadien Home Children

Charlie Best, lui-même un Home Boy, a décrit les Home Children comme "des enfants dont personne ne voulait."

L'Angleterre avait été impliquée dans plusieurs guerres. Ces dernières avaient laissé de nombreuses veuves sans moyens pour faire vivre leur large famille. Les veuves ne recevaient pas de pension ni aucun chèque d'assistance sociale à cette époque. Plusieurs femmes mouraient en couches. Alors, que faire des enfants? L'Angleterre exporta le problème outre-mer - surtout au Canada et en Australie -où des enfants furent placés sur des fermes.

100 000 de ces enfants vinrent ainsi au Canada, nombre faramineux par rapport à la population du Canada à ce moment - seulement 3,6 millions en 1870. De ce nombre, près de 7 000 arrivèrent dans les Cantons-de-l'Est où deux crèches les ont reçus. La Gibbs Home à Sherbrooke recueillit 2 064 enfants de 1886 à 1939, alors que la Knowlton Distributing Home recueillit 4 858 garçons et filles de 1872 à 1912.

Puis, il y eut les enfants catholiques transférés de l'Ontario à des familles catholiques dans la province de Québec. Imaginez-vous à huit ou neuf ans, arraché à votre maison et famille, embarqué sur un navire, amené outre-mer loin de votre pays, mis à bord d'un train, placé dans une crèche et enfin envoyé dans une famille qui ne parle pas votre langue!

medium_homechild.pin_.jpgMon nom est Sarge Bampton. Je suis le fils de deux Home Children. Mon père, Joseph Albert, est né en 1887. Dix-huit mois après sa naissance, sa mère est décédée en donnant naissance à sa sœur. Son père l'envoya vivre avec des proches qui décédèrent quelques années plus tard. Alors Joseph Albert fut placé dans un orphelinat et finalement envoyé au Canada en 1900 sur le S.S. Parisian. Au Canada, il fut envoyé à la Knowlton Distributing Home et de là à Wilson's Mills, sur une ferme. Ma mère, Mary Jane Windle, perdit aussi sa mère. Son frère, qui avait été envoyé ici quelques années auparavant, écrivit en Angleterre et suggéra qu'elle vienne également au Canada. Mary Jane arriva par le S.S. Corsican en 1908. La Knowlton Distributing Home lui trouva une place de domestique. Elle avait treize ans.

En 1912, Joe et Mary se marièrent. Ils eurent quatre enfants; je suis le plus jeune. Papa était des plus heureux lorsqu'un enfant naissait dans la famille. Il chérissait ses enfants et petits-enfants. Il a même vécu assez longtemps pour voir un petit-petit enfant! Maman tricotait des vêtements d'enfant et confectionnait une courtepointe pour chaque enfant qui naissait. Elle était la plus heureuse lorsque nous nous rassemblions tous pour Noël ou lors d'autres fêtes. Maman et papa s'assuraient que nous menions une belle vie familiale - ce dont ils avaient manqué lorsqu'ils étaient enfants.

* Sarge Bampton et son épouse Pauline sont coprésidents du Home Children Canada, Secteur Québec. La mission du Home Children Canada se définit comme suit : aider les enfants de Home Children et leurs descendants à découvrir leur passé; raconter l'histoire des Home Children à autant de gens que possible; et, ce faisant, effacer les stigmates injustement associés aux Home Children; et remplacer ce stigmate qui a entraîné une telle honte silencieuse par une fierté légitime.