Skip to main content

La petite histoire des Way, Partie 5

Version imprimableVersion imprimable

larger_way.5.a.jpgQui donc attendait Daniel Way et sa jeune famille au Canada après 1816 ? Vous rappelez-vous des Gustin, des Mack et des Miller de Marlow, N.H., mariés à Esther, Ethelinda et Sally Way, les tantes de Daniel? Dans son livre «The history of Stanstead County», B.F. Hubbard écrit que dès 1799, John Gustin fils et ses compagnons firent le périple vers le nord le long de la Rivière Connecticut, pour ensuite se tourner vers l’ouest et s’arrêter dans le canton de Stanstead, non loin des berges du Lac Memphrémagog.

Ayant apporté des graines de pommiers, ils les plantèrent en espérant obtenir de ces vergers une belle production. L’automne venu, les explorateurs retournèrent à Marlow auprès de leurs familles mais dès mars 1800, ils repartirent pour le canton de Stanstead avec un attelage de chevaux, des outils agricoles et l’essentiel pour survivre. Un abri fut érigé et ayant fait l’acquisition en partenariat d’un attelage de bœufs, d’une vache et d’une meule pour moudre le grain, chaque pionnier se mit à défricher le lot de forêt qui lui avait été octroyé suite à un tirage au sort de terres non concédées.

Après avoir construit une cabane en rondins sur un des lots, les compagnons retournèrent à Marlow à l’automne 1800. Puis, en 1801, John Gustin fils retourna bâtir sa propre cabane avant de revenir une dernière fois à Marlow. En février 1802 il s’installa pour de bon dans le Canton de Stanstead avec son épouse Esther Way et ses enfants. En 1804, Ira Miller emmena lui aussi ses enfants et son épouse Sally Way vers leur nouveau logis. Silas Mack suivit en 1806 avec sa femme Ethelinda Way et leurs enfants.

Depuis l’âge de 5 ans donc, Daniel Way écoutait les contes d’explorations et de découvertes, les histoires de privations et celles de réussites qui étaient relatés par son oncle John Gustin fils et ses compagnons lorsque ceux-ci revenaient du Canton de Stanstead pour passer la fin de l’automne et le début de l’hiver avec leurs familles à Marlow entre 1799 et 1806. Et quand ses oncles étaient absents, Daniel écoutait probablement ses tantes discuter et planifier leur déménagement inévitable vers le Nord. De quoi animer les rêves d’un petit garçon qui avait 12 ans lorsque sa tante Ethelinda et son oncle Silas Mack quittèrent le New Hampshire pour de bon en 1806!

larger_way.5.b.jpgCe sont probablement Silas Mack et sa femme Ethelinda qui accueillirent Daniel Way et sa famille au Canada après 1816, dans un hameau que les oncles pionniers baptisèrent, en souvenir de leurs origines, Marlow !

En 1820, Daniel Way devint lui-même propriétaire d’une terre du Lot 9, Rang 7 du canton de Stanstead, acquise de son oncle Silas. C’est là où Daniel commença sa nouvelle vie, travaillant sa terre et aidant probablement son oncle Silas à opérer ses moulins à scie et à moudre construits sur la rivière Barlow (la Tomifobia), au croisement du Chemin Griffin. Le site s’appelait Mack’s Mills, puis plus tard Comstock Mills, et se trouvait en amont de Smith’s Hollow, un village connu ensuite sous le nom de Smith’s Mills, puis de Tomifobia.

Marlow ne se trouve sur aucune carte. Mais si vous faites une promenade en auto ou à vélo par une belle journée, prenez la 247 Est en sortant de Beebe. Tournez à gauche sur Chemin Davis, à gauche sur Ch. Marlington, puis à droite sur Ch. Lamarche. Vous y êtes! Ici fut fondé Marlow, où fleurirent les premiers vergers. Marchez entre les pierres tombales du cimetière de Marlington, l’un des plus anciens du Canton. Lisez les noms de John Gustin Jnr, décédé le 26 novembre 1841 ; sa femme Esther (Way), qui mourut le 14 avril 1837, âgée de 66 ans ; Silas Mack, décédé le 13 mai 1853 ; sa femme Ethelinda (Way), le 10 juillet 1848 à l’âge de 68 ans; Ira Miller, mort le 24 novembre 1841; sa femme Sally (Way), décédée le 27 mars 1859 à l’âge de 81 ans. Des hommes et des femmes qui sans aucun doute auront inspiré un jeune et entreprenant Daniel Way en début des années 1800 à venir s’installer ici.

À suivre…