Skip to main content

Chemins de fer et berges

Version imprimableVersion imprimable

medium_st.f.rr_.jpgLes berges s’avéraient souvent l’endroit le plus approprié pour construire des voies ferrées. Des terrains réguliers, de faible élévation, exempts d’obstacles naturels majeurs (surtout les pentes abruptes et les traversées de cours d’eau), permettaient la mise en place d’un réseau à moindre coût, même si le tracé n’était pas le plus direct.

Les lacs Massawippi, Orford, Magog, Brome et d’autres se virent bordés par le chemin de fer, à l’instar de la rivière Saint-François, représentée ici vers 1905, longée par la ligne du Grand Tronc.

Suite à l’abandon croissant du rail au XX e siècle, l’essentiel de ces précieuses terres au bord de l’eau ont été converties en pistes cyclables ou à l’usage résidentiel.