Skip to main content

Carlos Skinner et la People's Telephone Company

Version imprimableVersion imprimable

telephone.jpgL'histoire de la Eastern Townships Telephone Company est intimement liée à celle de Carlos Skinner. Bijoutier, horloger de métier, et résident de Waterloo, M. Skinner, selon Paul Delaney, "débordait d'énergie et s'intéressait au plus haut point aux derniers développements scientifiques."

M. Skinner s'intéressa au téléphone, selon Delaney, après avoir lu un article à propos de cette invention de Alexander Graham Bell dans le numéro d'octobre 1877 de la revue Scientific American. Avec l'aide d'un de ses amis, William Farber, M. Skinner en construisit un en dix jours.

Il avait alors une agence de télégraphie à partir de sa bijouterie de Waterloo, et on dit qu'il aurait branché son appareil sur la ligne télégraphique, pour ensuite faire un appel à Montréal qui se trouvait à soixante milles de là. Il s'agit là du premier appel interurbain placé au Canada, trois ans avant la fondation de la Bell Telephone Company of Canada en 1880.

Après avoir déménagé à Sherbrooke en 1878, M. Skinner ouvrit une nouvelle bijouterie, ce qui ne l'empêcha pas de continuer à s'intéresser au téléphone. En effet, il contribua à la fondation d'une société de téléphone indépendante. Le nom de cette société changea pour la People's Telephone Company, et en 1912, la Eastern Townships Telephone Company.

En dépit des nombreuses difficultés éprouvées, comme l'installation des poteaux et des lignes téléphoniques dans la ville de Sherbrooke, le manque de fonds et la fabrication des pièces, la société réussit à tourner à Sherbrooke de manière indépendante pendant de nombreuses années et à tirer son épingle du jeu face à la Bell Telephone Company.

Quand M. Skinner prit sa retraite en 1912, la Eastern Townships Telephone Company était devenue l'une des plus grandes et des plus anciennes sociétés de téléphone indépendantes. Dans la région, nombreux étaient ceux qui la surnommaient la "Skinner Telephone." Gérée de main de maître, cette entreprise était si prospère que la Bell Telephone abandonna l'idée de lui faire concurrence, pour éventuellement la racheter à M. Skinner en 1953.

Référence:
Paul Delaney, "The Eastern Townships Telephone Company," Annals of Richmond County and Vicinity, Tome 2, 1980,
48-50.